ETUDES ACOUSTIQUES

Microphone installé à Tiercelet

Au pied d’une éolienne, le niveau sonore s’élève à environ 55 décibels, soit le bruit de l’intérieur d’une maison. Quand le vent souffle fort, on peut tenir, juste au pied d’une éolienne, une conversation normale.
Un rapport de l’AFSSET (Agence Française de Sécurité Sanitaire de l’Environnement et du Travail), relatif à l’impact sanitaire du bruit généré par les éoliennes, indique que les éoliennes ne peuvent avoir de conséquences sanitaires directes sur les riverains.

La meilleure façon d’appréhender le bruit d’une éolienne est d’aller se promener dans un parc éolien en fonctionnement.

Origines des émissions sonores

Le bruit d’une éolienne provient du souffle du vent dans les pales. Le son augmente avec la vitesse du vent. Cependant, le bruit ambiant (bruit du vent dans les arbres…) s’amplifie plus rapidement que le bruit émis par les éoliennes. Les émissions sonores dépendent également de l’environnement, de la topographie du site, de la végétation et de l’urbanisme.
Les bruits perceptibles au pied d’une éolienne sont d’origine mécanique ou aérodynamique ; le bruit mécanique, qui était perceptible avec les premières éoliennes, a aujourd’hui quasiment disparu. Le bruit aérodynamique, provoqué par le passage des pales devant le mât, a également été fortement réduit par l’optimisation du design des pales, et des matériaux qui les composent.

Une implantation étudiée pour minimiser l’impact sonore

La procédure de permis de construire, à laquelle toute installation éolienne est soumise, impose la réalisation d’une étude d’impact. Celle-ci intègre une étude acoustique très précise, permettant de déterminer une implantation optimale.
Il est possible, grâce aux simulations acoustiques réalisées par des spécialistes, de prévoir la propagation du son autour de plusieurs éoliennes et de limiter ainsi tout risque de nuisance sonore.

Infrasons

Les éoliennes, tout comme le vent dans les arbres ou la circulation automobile, émettent des infrasons, c’est-à-dire des sons de basse fréquence, au-dessous du seuil audible par l’oreille humaine. Mais l’impact des infrasons sur la santé humaine n’a été observé que dans de très rares situations et jamais dans le cas de parcs éoliens.